1D5A2685 blue web - Non classifié(e)

La psilocybine peut-elle rééquilibrer les hormones ?

Fatigue, dépression, anxiété, engourdissement, problèmes digestifs, mauvais sommeil, mauvaise humeur – dois-je continuer ? La liste des symptômes débilitants associés au déséquilibre hormonal est bien trop longue, surtout si l’on considère à quel point ce phénomène est courant. 80 % des personnes dotées d’un système reproducteur féminin connaîtront une forme de déséquilibre hormonal au cours de leur vie, ce qui suggère que la majorité d’entre nous pourrait être curieuse de savoir si la psilocybine peut rééquilibrer les hormones.

 

Bien que les preuves concrètes restent rares, les capacités de la psilocybine ont été soulignées une fois de plus dans un autre domaine de recherche crucial :
Le déséquilibre hormonal.
Ce que nous savons avec certitude, c’est que la psilocybine est connue pour activer le récepteur 5-HT2A de la sérotonine, situé principalement dans le cerveau, qui joue un rôle clé dans une variété de fonctions. Les agonistes 5-HT2A (tels que la psilocybine) produiraient des effets thérapeutiques durables sur les personnes souffrant de troubles dépressifs, ce qui donne aux chercheurs une raison d’étudier plus avant les capacités de la psilocybine. Les spéculations sur la psilocybine en relation avec les hormones ne sont pas exagérées, étant donné que la sérotonine est une hormone importante en soi.

 

Lorsque nous pensons aux hormones, notre cerveau est naturellement porté à penser à des sautes d’humeur et à une sensibilité accrue, car nous associons souvent le terme “hormones” à des choses telles que la puberté et les règles. Bien que les phases de la puberté et des cycles menstruels soient des périodes particulièrement hormonales, nous, les humains, libérons une variété d’hormones dans notre circulation sanguine à tout moment du mois et tout au long de nos années de développement. Au détriment de la masse, nous ne pouvons pas simplement contrôler nos hormones. Cependant, nous avons la possibilité de les influencer de manière à favoriser l’équilibre, et nous pouvons donc commencer à utiliser les hormones à notre avantage.

 

Quelles sont les causes du déséquilibre hormonal ?

 

Bien que les déséquilibres hormonaux soient les plus fréquents pendant la puberté, la grossesse, la ménopause et les menstruations, il existe plusieurs autres événements quotidiens sans rapport avec le système reproducteur qui peuvent provoquer un déséquilibre hormonal indésirable.

 

1. Le stress

 

Le stress est une émotion que nous avons tous ressentie un jour ou l’autre et qui peut être facilement déclenchée par des moments de frustration, de nervosité ou de colère. Le stress est une réaction humaine naturelle qui nous permet de faire face aux défis et aux divers obstacles, mais la manière dont nous gérons et percevons le stress peut avoir un impact considérable sur notre bien-être général. Contrairement à la réaction naturelle du stress occasionnel, le stress chronique est un sentiment qui dure sur une longue période et qui est difficile à contrôler. Le stress chronique vous persuade souvent de vous sentir dépassé par de petites choses et peut entraîner d’autres symptômes débilitants tels que des douleurs corporelles, l’insomnie, l’hypertension artérielle et des maux de tête fréquents. Le stress chronique crée un déséquilibre dans les niveaux de cortisol, une hormone importante produite par les glandes surrénales. La libération excessive de cortisol causée par un stress prolongé affecte la quasi-totalité des fonctions vitales de l’organisme, et ce n’est pas une hormone dont vous voulez souffrir d’un déséquilibre si vous pouvez l’éviter.

 

2. Médicaments

 

Toute personne ayant subi des mois ou des années de contraception et/ou d’hormonothérapie substitutive ne sera sans doute pas choquée d’apprendre que ces médicaments influencent effectivement l’équilibre hormonal. Lorsque nous prenons de tels médicaments, notre corps est essentiellement inondé d’œstrogènes et de progestérone artificiels, ce qui signifie que les hormones naturelles de notre corps cessent de produire. Lorsque nous bloquons nos hormones naturelles et que nous les remplaçons par de grandes quantités d’hormones artificielles, nous nous exposons à des risques de déséquilibres hormonaux, que ce soit avec ou sans médicaments. Outre les contraceptifs et le traitement hormonal de substitution, d’autres médicaments tels que l’isotrétinoïne (également connue sous le nom d’Accutane), ainsi que les stéroïdes, peuvent provoquer des déséquilibres hormonaux en interférant avec les niveaux d’hormones surrénales.

 

3. Régime alimentaire

 

Comme toute question touchant à la santé et au bien-être de l’homme, elle est souvent liée à notre alimentation quotidienne. Nous savons qu’une alimentation équilibrée composée de fruits, de légumes et de protéines saines peut avoir un impact positif sur divers aspects de la vie, y compris sur la santé hormonale. Une alimentation composée d’aliments transformés, de sucre et de graisses malsaines peut directement perturber les niveaux d’hormones en augmentant l’inflammation et le stress des glandes surrénales. Le résultat d’un régime alimentaire mal équilibré peut exposer les individus au risque de développer de graves déséquilibres hormonaux, entraînant une pléthore d’effets secondaires négatifs, dont ceux énumérés ci-dessus. La recherche a suggéré que les hormones féminines sont particulièrement sensibles à la disponibilité de l’énergie, de sorte que la consommation d’une quantité insuffisante de calories ou d’hydrates de carbone peut également entraîner de graves déséquilibres.

 

4. Facteurs inévitables de la vie

 

Bien qu’il existe plusieurs facteurs importants qui peuvent entraver directement l’harmonie hormonale, nous pouvons conclure que les déséquilibres hormonaux sont également causés par des facteurs qui échappent à notre contrôle. La génétique, le vieillissement, les toxines environnementales, etc. sont de parfaits exemples d’éléments que nous ne pouvons pas changer, ce qui permet de comprendre pourquoi 80 % des personnes assignées à un sexe féminin à la naissance subiront des déséquilibres hormonaux, qu’ils soient nécessaires ou non. Les niveaux d’hormones diminuent naturellement avec l’âge, l’exposition aux produits chimiques présents dans notre environnement perturbe notre équilibre hormonal, et d’autres déséquilibres sont généralement causés par des facteurs génétiques.

 

Si l’on considère ces quatre causes principales, on peut dire que les hormones fluctuent constamment et évoluent à un rythme complexe que, contrairement au contrôle, nous pouvons apprendre à améliorer et à influencer à notre avantage. La possibilité d’apporter des améliorations nous amène à être particulièrement curieux de la psilocybine et de ce qu’elle peut offrir en ce qui concerne notre équilibre hormonal général.

 

Effet de la psilocybine sur les hormones

 

L’hypothalamus est une petite partie du cerveau humain, qui n’en est pas moins cruciale. Situé juste au-dessus du tronc cérébral, cet ensemble de cellules joue un rôle essentiel dans la régulation et la libération des hormones. L’hypothalamus reçoit des informations d’autres parties du cerveau et réagit en libérant des hormones et des neurotransmetteurs. L’hypothalamus contribue également à réguler les hormones libérées par l’hypophyse, considérée comme la glande maîtresse du système endocrinien. La recherche a suggéré que la psilocybine affecte l’hypothalamus de manière unique en réduisant le flux sanguin, ce qui décourage l’activité hypothalamique excessive. Calmer un hypothalamus hyperactif est essentiel pour préserver la santé du système endocrinien, un système crucial qui utilise des hormones pour contrôler le métabolisme, l’énergie et le développement.

 

Une étude préliminaire publiée en 2017 a analysé la réduction réussie des niveaux de cortisol chez des sujets humains. Le cortisol est l’une des hormones les plus souvent déséquilibrées par le stress, l’alimentation et les médicaments. Dans une autre étude publiée en Dans la revue Psychopharmacology, il a été constaté que les participants présentaient des niveaux de cortisol nettement inférieurs après avoir pris de la psilocybine. Les résultats ? Diminution du stress et de l’anxiété.

 

D’autres études ont suggéré que la psilocybine peut stimuler la production de certaines hormones telles que la sérotonine et l’ocytocine, deux hormones très recherchées liées aux sentiments de bonheur, d’amour et de comportement positif. Des études ont suggéré que la psilocybine pourrait être associée à une augmentation des niveaux d’ocytocine dans le plasma, et qu’elle pourrait également affecter les niveaux de sérotonine dans le cerveau en se liant aux récepteurs de la sérotonine. La stimulation de ces deux hormones de bien-être peut créer une profusion de sentiments positifs, tels que l’empathie, l’excitation et une meilleure humeur générale. Outre les effets positifs généraux de la stimulation de ces hormones, ils peuvent également contribuer à la régulation des cycles menstruels et à la régulation des hormones.

 

On sait que les niveaux de sérotonine fluctuent tout au long du cycle menstruel. Chez certaines personnes, les changements hormonaux liés aux cycles menstruels peuvent entraîner une diminution de la sérotonine et une fluctuation irrégulière des niveaux d’ocytocine. Ces fluctuations notables ont été à juste titre associées au syndrome prémenstruel (SPM), une affection courante qui affecte les personnes dans les jours précédant leurs règles. Les symptômes du syndrome prémenstruel sont l’irritabilité, la fatigue, la dépression, etc., et peuvent se manifester jusqu’à deux semaines avant les règles proprement dites. L’amélioration des niveaux de sérotonine, en particulier pendant la phase lutéale, lorsque le syndrome prémenstruel est le plus fréquent, peut aider à réguler les symptômes négatifs en maintenant à flot les hormones du bonheur. Le cycle menstruel est un processus complexe qui fait intervenir de nombreuses hormones et neurotransmetteurs différents. Par conséquent, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre l’efficacité de la psilocybine dans la régulation des hormones tout au long d’un cycle menstruel.

 

Lorsque l’hormone sérotonine est correctement équilibrée, les risques de développer des troubles mentaux tels que l’anxiété, la dépression, les TOC et la dépendance sont considérablement réduits. Les maladies mentales étant le plus souvent attribuées à un faible taux de sérotonine, le maintien de l’équilibre de cette hormone est une priorité idéale pour ceux qui luttent contre leur santé mentale ou qui souhaitent simplement contrôler la régulation de leur humeur.

 

Fermeture

 

Les déséquilibres hormonaux et les irrégularités menstruelles peuvent être le signe de problèmes plus importants. Il est donc préférable de consulter un professionnel de la santé pour traiter au mieux la cause sous-jacente.

 

La fonction hormonale est un processus complexe, mais sensible, qui délègue une grande partie de notre bien-être. Bien qu’une grande partie des bénéfices de la psilocybine sur la régulation hormonale soit indirecte, le suivi des changements hormonaux dépend d’une variété de facteurs que la psilocybine a montré sa capacité à aider. La surveillance de changements tels que le poids, la fatigue, l’accélération du rythme cardiaque, les baisses d’humeur et les problèmes digestifs peut nous signaler un déséquilibre hormonal potentiel et nous faire savoir qu’il est temps de reprendre le contrôle de la situation. Un déséquilibre ne signifie pas que nous ne pouvons pas rétablir l’équilibre !

 

A vous,

Olive

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *